Nos jardinières suspendues

IMG_1065.jpg

Merci IKEA! Même si nous ne sommes pas toujours des inconditionnelles de l’enseigne suédoise, côté jardinières, la série SOCKER est géniale. Elle existe depuis pas mal d’années et, bonne nouvelle, elles se patinent plutôt bien au fil du temps. On a un petit faible pour la version à suspendre. Cette année, à côté de la teinte acier, on trouve trois couleurs qui mettent un peu de peps sur les terrasses et balcons (blanc, bleu ciel et… un orangé particulièrement doux).

Le prix? 4,99 €

IMG_0936IMG_0937

Commencez par percer quelques trous dans le fond du pot à l’aide d’une foreuse afin d’assurer le drainage. Avant le terreau, placez des billes d’argile. C’est toujours un bon plan en été. Elles se gorgeront d’eau à l’arrosage et éviteront le dessèchement trop rapide de la terre.

IMG_1034.jpg

En Ardenne, le temps n’est pas encore au beau fixe et les gelées nocturnes en sont pas encore totalement oubliées. Du coup, on profite des jolies couleurs des pensées, des jacinthes et des oeillets de jardin. Côté verdure, on ajoute du lierre.

IMG_1036IMG_1035

Il ne reste plus qu’à les suspendre…

IMG_1062.jpg

Publicités

Les fraises et les salades nous rendent « zinc »

IMG_1056.jpg

Jusqu’à présent, nous plantions nos fraisiers et nos salades en pleine terre. Dans la serre, ça prenait énormément de place et la récolte était souvent très poussiéreuse (pas top quand on grappille). Du coup, cette année, on a installé des gouttières en zinc fixées sur des rondins de bois (trois d’un côté, deux de l’autre. En dessous, de jolis pots accueillent également quelques plants (soit, sur un espace égal, on a 6 fois plus de place).

IMG_1054 (1).jpg

Nous avons naturellement percé les gouttières à l’aide d’une foreuse. Dans le fond, nous avons placé des billes d’argile afin d’assurer un bon drainage et de maintenir l’hygrométrie. Une fois les plants installés dans un bon terreau, il suffit de pailler!

IMG_1059.jpg

Un peu de patience et de soleil feront le reste!

Commencez les semis!

IMG_7260.JPG

Coucou les jardinières! Alors, pour le coup, chez nous il neige… Donc pas question de plantations à l’extérieur. Par contre, on prévoit déjà l’arrivée du printemps en faisant quelques semis.

Pour les tomates et les courges c’est trop tôt! Si elles se développent trop, on va avoir envie de les repiquer, et si le mercure chute, adieu la récolte! Par contre, pour les salades et le fenouil… On peut déjà s’y mettre…IMG_0789 (4).jpg

Un petit truc pour les néophytes… On récupère les cartons d’oeufs. C’est pratique et ça ne coûte rien. Un peu de terreau pour semis, quelques graines, et le résultat est toujours au rendez-vous. Pour que toutes les alvéoles soient productives, on met environ 3 graines chaque fois, et on élimine les plantules les plus faibles. En mars, on replante les jeunes pousses dans la serre et on les couvre pour d’avantage de sécurité. Le gel est parfois traître. Après, on fait comme on veut!

IMG_0267.jpg

La serre, le printemps dernier.

Comptez 3 à 5 semaines après le semis avant de récolter la roquette ou le cresson, 4 à 6 semaines pour les mélanges de jeunes pousses, et environ deux mois pour les autres variétés. Pour le fenouil, il faut compter deux mois avant de mettre la plantule en place et 3 mois avant la récolte.

IMG_7259.JPG

Pensez dès aujourd’hui à conserver vos bouteilles d’eau vides, surtout celles de 5 litres… Elles seront très utiles pour les semis de tomates et autres courges!

 

 

Les rosiers… une passion

IMG_1599.jpg

Par Magali…

La rose est « la » fleur parfaite dans un jardin. En tout cas, moi, j’en raffole. Elle se réinvente à l’infini, tant au niveau de la forme que de la couleur. Et Finalement, avec un peu de soin et un peu d’expérience au niveau de la taille, on obtient de très beaux résultats. Chaque année, je fais la liste des rosiers que j’aimerais trouver lors des foires aux plantes ou en pépinières. Je me découvre une âme de collectionneuse.

IMG_1598.jpg

Les rosiers grimpants et les rosiers lianes partent à l’assaut des palissades et autres supports.

Si vous désirez les planter à racines nues (c’est un peu plus intéressant au niveau du prix d’achat), il est temps de vous y mettre… Au printemps, on préfère les sujets proposés en conteneur. Prévoyez un trou suffisamment grand (50 cm de large sur 40 cm de haut). Au fond du trou, un amendement à base de fumier et d’algues facilitera l’installation. Mélangez le terreau de plantation à la terre et arrosez abondamment. Les roses aiment le soleil… inutile de les planter à l’ombre.

La taille fait partie des travaux de printemps. Pour évitez les maladies, désinfectez votre sécateur à l’alcool. Et pour les protéger, j’utilise une petite recette trouvée sur le net. Mélangez 1 litre d’eau avec 3 cuillères à café de bicarbonate de soude et 1 cuillère à soupe de savon noir ou de savon de Marseille. Pulvérisez vos rosiers tous les 15 jours. Vous pouvez également utiliser le purin d’orties. Arracher 1 kg d’orties, placez-les dans 20 L d’eau. Laissez macérer 2 semaines en remuant régulièrement. Filtrez la solution (seul le liquide est utile). Pulvérisez directement sur les plantes. IMG_1601.jpg

Mariage d’un rosier grimant et d’un chèvrefeuille.

 

IMG_7557.JPG

Parce qu’on aime aussi le rose tendre…

IMG_7542.JPG

ou le blanc…

Les graines: faut pas se planter!

On profite des jours sans jardinage (météo oblige) pour sélectionner les légumes qu’on a envie de cultiver… et de manger! 

IMG_0633.jpg

Dans quelques semaines, ce sera la période des semis. On peut naturellement les acheter dans les Brico et jardineries. Nous, on les commande chez Semailles, une petite entreprise belge (Namurois) qui produit et commercialise des semences d’anciennes variétés potagères, de plantes aromatiques, florales et de plants. Elle propose aussi des produits, outils et livres… Le tout, totalement bio, écolo, bobo!

Pour pouvoir proposer plus de 600 variétés dans son catalogue, la gamme produite par la maison est complétée avec d’autres semenciers et producteurs bio dont elle fournit la liste sur son site.

On aime:

  • le choix, les explications concernant les différentes variétés, le packaging (ben oui, les filles y sont sensibles, et alors!)
  • on a enregistré quasi 100 % de réussite avec nos graines de tomates l’an passé… On vous expliquera un peu plus tard comment il faut s’y prendre (début avril, pas avant!)
  • il y a un super choix de légumes anciens, oubliés ou carrément peu connus… C’est toujours sympa de faire des découvertes

Attention:

  • Si, comme nous, vous avez du mal à vous limiter, vous allez vous retrouver avec une tonne de graines à planter. Un bon conseil : passez commande avec des amis et partagez-vous les graines. Vous profiterez du même coup de l’expérience des autres. La convivialité fait partie des plaisirs du potager.
IMG_0636

On a trié les graines en fonction de la date des semis. (Heureusement qu’on a un énorme jardin!)

  • Il y a une date de péremption sur les emballages. Ça ne veut pas dire que les graines sont fichues une fois qu’elle est dépassée, mais la germination n’est plus assurée. D’où l’importance de partager des paquets de graines fraîches! IMG_0634

Commencez à garder vos bouteilles d’eau (1l et 5l), vos boîtes à oeufs (en carton) et vos rouleaux de papier WC (pas glamour, mais efficace!). Ils serviront pour faire les semis en protégeant la planète et sans dépenser de sous!

IMG_1393.jpg

Une photo de la serre en juin 2015. Vous voyez que ça marche! 

http://www.semailles.com

 

 

Les Hellébores, on adore!

IMG_0280.jpg

Coucou les jardinières! Hier, nous sommes allées faire quelques photos au jardin. Quel bonheur de constater que, même si le temps est franchement pourri, les hellébores ont pointé le bout de leur nez et s’arrangent pour nous offrir de jolis massifs de fleurs. Y compris en Ardenne! Appelées couramment « roses de Noël » et appartenant à la famille des renonculacées, elles font partie des rares plantes qui fleurissent en hiver. Vivaces et particulièrement volontaires, elles s’épanouissent de décembre à mai et déclinent une superbe palette de teintes qui va du blanc au rose, en passant par le vert, le pourpre, et même le noir. Leur feuillage, assez coriace et persistant, est également intéressant. En tout cas, nous, on l’utilise pour boucher quelques trous entre deux arbustes. Quand les fleurs apparaissent, on coupe les feuilles, tout simplement! On plante les hellébores dans un massif, ou en bordure, mais elles sont également géniales dans une jardinière. Vous pouvez aussi les couper pour faire un joli bouquet.

IMG_0279.jpg

Comment les planter?

Dans un grand trou, ou une grand pot (40 cm minimum). Elles n’aiment pas être à l’étroit. Perso, nous travaillons la terre en profondeur et nous amendons à l’aide de compost et de sable de Rhin. Dans un conteneur, veillez à assurer un bon drainage, en plaçant du gravier dans le fond. Surtout pendant les périodes de pluie. N’oubliez pas d’ajouter de l’engrais liquide (pour plantes d’intérieur après la floraison et pour tomates  en automne) et ce , dès la deuxième année.

IMG_0287.jpg

Où et quand les planter?

De préférence au printemps, dans des endroits semi-ombragés. Elles ne raffolent pas du plein soleil et du vent. Par contre, elles aiment une terre lourde, profonde, et riche en matière organique, tant quelle est bien drainée. IMG_0285.jpg

Avouez qu’elles sont belles! IMG_0281.jpg

Plantez pour l’hiver

On n’attend pas le printemps pour mettre du vert au balcon! 

Dès les premiers rayons, tout le monde se sent la main verte et y va de son géranium ou de son bégonia. Passé le mois d’octobre, suspensions et autres jardinières sont abandonnées à leur triste sort. Au mieux, quelques dernières tiges agonisent ça et là.

C’est justement quand il fait froid et gris qu’on mise sur de jolis décors, histoire de garder le moral au beau fixe!

FullSizeRender[4] - copie 5 FullSizeRender FullSizeRender[1]

Il existe pas mal de petites plantes persistantes qui passeront l’hiver sans trop souffrir. N’hésitez pas à vous faire conseiller en jardinerie. Comme nous habitons la campagne, nous avons misé sur un décor plutôt romantique, mais rien n’empêche de faire un choix plus contemporain, tant au niveau des contenants que du contenu. On trouve mille et un petits objets déco pour trois francs six sous. Notamment dans les grandes surfaces genre Action, Casa, Hema, etc.

Voici déjà quelques idées…

FullSizeRender[1] - copie 5 FullSizeRender - copie 4 FullSizeRender[2] - copie 4

Mélangez les différents feuillages et utilisez des écorces de bois, des pommes de pin ou d’autres fruits secs glanés pendant vos promenades. Fixez votre décoration dans le terreau à l’aide de pinces à cheveux.

FullSizeRender[2] - copie 6 FullSizeRender[2] - copie 7 FullSizeRender[1] - copie 6

Un peu de couleur avec les bruyères ou de petites plantes à baies rouges.

FullSizeRender[3] - copie 6 FullSizeRender[1] - copie FullSizeRender[1] - copie 2

Les feuillages blancs, bleutés ou panachés donnent du relief aux différentes compositions.

FullSizeRender - copie FullSizeRender[4] - copie FullSizeRender[3] - copie 3

Du lierre dans une suspension, mais aussi des pommes de pin et des champignons dans les jardinières.

FullSizeRender[3] - copie 2 FullSizeRender[4] - copie 2 FullSizeRender - copie 2

Accents suédois… Pour dissimuler le terreau et protéger vos plantations, placez un peu de mousse dans vos jardinières. Avant, nous l’achetions à prix d’or chez le fleuriste. Depuis deux ans, nous allons simplement la chercher dans les bois. Les vieilles souches en sont souvent recouvertes. Il suffit de se baisser!

FullSizeRender[2] - copie 3 FullSizeRender - copie 3 FullSizeRender[1] - copie 3

Quelques anges face au ciel. Nous n’avons pas sacrifié les petits oeillets vivaces. Ils reprendront vite des couleurs au printemps.